Le vin a toujours fait partie intégrante du patrimoine paysager, culturel et gastronomique de la France. Longtemps réservés aux professionnels du secteur, les vignobles sont aujourd’hui accessibles aux investisseurs particuliers. Grâce aux Groupements Forestiers Viticoles ou GFV, investir dans le vignoble français est devenu un outil de diversification patrimoniale tendance.

#1 – GFV : prôner pour le savoir-faire

La réussite d’un investissement dans la vigne repose sur le choix de son partenaire. Les Groupements Forestiers Viticoles ou GFV offrent la possibilité aux particuliers d’investir dans des parts de vignobles. Il est ainsi préconisé de sélectionner un GFV de par son antériorité dans le métier. Les entreprises sérieuses n’hésiteront pas à communiquer sur leur historique. Par ailleurs, les réalisations passées d’un groupement forestier viticole s’avèrent aussi déterminantes pour réussir un investissement. Au-delà de la performance des parts, le savoir-faire de la société qui constitue le GFV est gage pour un investissement. Il convient de préciser que l’investissement dans le vignoble est un placement à long terme. D’où l’intérêt de bien choisir son partenaire.

#2 – Privilégier les GFV non-exploitants

Dans la famille des groupements forestiers viticoles, il convient de retenir les deux principales catégories, à savoir les GFV exploitants et les GFV non-exploitants. En privilégiant les GFV non-exploitants, l’investisseur n’a aucun lien direct avec la société d’exploitation, car le GFV est indépendant de la société d’exploitation. Ainsi, en cas de difficultés financières de ladite société d’exploitation, le porteur de parts de vignobles ne sera pas sollicité par les créanciers. Parallèlement, l’épargnant doit s’assurer qu’un bail rural notarié à long terme de 18 ans ait été signé entre la société d’exploitation et le GFV. C’est la signature de ce bail qui permettra de bénéficier des avantages fiscaux en matière de succession/donation et IFI (impôt sur la fortune immobilière). Enfin, assurez-vous que le bail signé mentionne les dotations annuelles en numéraires (déterminé par arrêté préfectoral) et en nature.

#3 – Déguster les vins préalablement à l’investissement

Une fois le GFV sélectionné, une dégustation préalable des vins est recommandée avant tout achat de part.s. Même si le goût demeure un élément subjectif, cela parait important de tester avant d’acheter. Il y a les vins que l’on aime, et puis les autres. D’où l’intérêt de passer par la case dégustation, parce qu’investir dans les vignes représente un placement dit « plaisir » avant tout. En tant que futur associé d’un groupement forestier viticole, vous devez apprécier à leur juste valeur les vins issus de votre patrimoine. Aussi, il est vivement recommandé de commander un coffret de dégustation auprès du GFV avant de souscrire à des parts de vignobles.

#4 – Vins : privilégier les appellations reconnues

Pour rappel, l’appellation est un critère déterminant en manière de vins. Y porter une attention particulière permettra à l’investisseur d’arrêter le choix sur un GFV. Les appellations reconnues offriront des avantages liés à leur renommée tout simplement. Concrètement, le prix foncier fluctue rarement à la baisse pour un vignoble produisant un vin à l’appellation reconnue. La demande sera d’autant plus importante de la part d’autres associés, ce qui facilite le second marché des parts du GFV. Par ailleurs, une présence plus importante de vignerons de renoms facilite la reprise de bail, dans l’éventualité où la société d’exploitation ne souhaiterait pas renouveler le bail avec le GFV.

#5 – Diversifier l’investissement sur différentes appellations

Au même titre qu’un investissement immobilier classique, la diversification est également une des clés pour réussir un placement dans les GFV. Investir sur plusieurs GFV constitue une stratégie pertinente, pour diversifier sa cave. Rappelons que la rémunération dans ce type de placement se fait majoritairement en nature, soit en bouteilles de vins. Aussi, détenir des parts dans plusieurs GFV permet à l’investisseur de recevoir chaque année des bouteilles de différents domaines de renoms (sous certaines conditions). De plus, diversifier son placement viticole sur différents groupements forestiers limite également les risques liés à l’investissement (baisse de prestiges de l’appellation, incidence climatique ou éventuel défaut de livraison par le vigneron).

#6 – S’assurer de la livraison gratuite de la dotation en bouteilles

Il est important de rappeler qu’un investissement dans le.s vignoble.s en France profite de deux types de rémunération. En général, les associés d’un GFV accèdent à une rémunération en nature, soit en bouteilles de vins. Toutefois, certains groupements forestiers viticoles proposent également des rémunérations en numéraire (argent). Dans le cas de la dotation de bouteilles, veillez à ce que la livraison de votre dotation soit gratuite en France métropolitaine. En principe, la dotation en vin s’effectue de manière annuelle, lors de l’Assemblée Générale, à laquelle sont conviés les associés. Si vous ne pouvez pas vous déplacer pour assister à l’AG qui se tient en principe sur le.s domaine.s, vous faire livrer vos bouteilles de vins constituera un atout supplémentaire.

En suivant ces critères de sélection, l’investissement en Groupement Forestier Viticole devrait être un réel plaisir pour l’épargnant ! Participer à l’exploitation viticole permet tout particulier de devenir propriétaire de vignes. Outre un actif tangible, les vignes produisent du vin, autour duquel les associés partenaires et le vignerons pourront partager des moments privilégiés. Mais ce type de placement doit représenté un montant minime de votre patrimoine global. Rappel des risques -> https://www.meilleur-gfv.com/groupements-fonciers-viticoles/risques/

Leave a comment



@Meilleur-GFV.com 2018 - Tous droits réservés