Blog Archive Sidebar

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Duis sed cursus sapien, vitae fringilla sem. Duis convallis vel nunc at laoreet.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Duis sed cursus sapien, vitae fringilla sem. Duis convallis vel nunc at laoreet.

10-03-2022_gfv-comment-choisir

Comment choisir votre Groupement Foncier Viticole ?

Pour les épargnants souhaitant associer placement et plaisir, le GFV ou Groupement Foncier Viticole est à ce jour un produit de prédilection. Ce placement atypique, désormais accessible aux investisseurs particuliers, est d’ailleurs assorti  d’une fiscalité avantageuse. Mais comment choisir votre Groupement Foncier Viticole ?

Groupement Foncier Viticole et notoriété

Rappelons d’abord qu’un GFV ou Groupement Foncier Viticole est une société civile qui a vocation de créer ou de conserver un ou plusieurs exploitations vinicoles. Concrètement, le fonds se charge d’acquérir des millésimes, les conserver, puis les revendre après quelques années. Aussi, le premier critère à prendre en compte au moment de choisir votre GFV, est la notoriété de l’appellation. Il faut savoir que l’appellation identifie les vins, suivant l’origine géographique de leur production. Elle constitue donc une référence en termes de classement des vins selon plusieurs critères propres à un vignoble.

Le classement des vins du domaine

Par ailleurs, le classement des vins du ou des domaines détenus par un groupement foncier viticole constitue un critère de sélection à part entière. Il existe, en effet, différentes classifications des vins en France. D’une manière générale, deux grandes catégories de vin sont à retenir, à savoir les IG ou « vin avec indication géographique » et les VSIG, ou « vin sans indication géographique ». Chaque catégorie compte ensuite plusieurs sous-catégories, indiquant cette fois-ci le niveau de classification du vin.  

Les projets de développement du GFV 

Enfin, avant de souscrire à des parts d’un GFV, il est préconisé de se renseigner sur les projets de développement de la société civile. A noter que le vin est à envisager comme un placement à long temps. D’ailleurs, la durée de détention des parts de groupement foncier viticole recommandée oscille entre 12 et 20 ans. Alors que certains vins sont à ce jour encore peu connus, ils n’en demeurent pas moins être des produits en devenir. Surtout 

Pour mieux accompagner les épargnants dans leur démarche, Meilleur-gfv.com a mis en place son comité de sélection indépendant pour noter les domaines détenus par les GFV. Consultez dès maintenant l’édition 2022 du Guide des GFV pour en savoir davantage. 

23-02-2022_gfv_investir-dans-le-vignoble-en-france

GFV : investir dans le vignoble en France

Le GFV ou Groupement Foncier Viticole est une solution d’investissement longue durée, dédiée notamment à la diversification patrimoniale. Il s’agit également d’un placement “plaisir”, vous permettant de vous positionner sur un vignoble français de renom. 

GFV ou Groupement Foncier Viticole : un investissement « Made in France »

Encore peu connus, les GFV permettent aux particuliers de devenir propriétaire d’une partie d’un vignoble  ou de plusieurs vignobles en France. Les vignes peuvent se trouver en Alsace, à Bordeaux, en Bourgogne, en Champagne, dans le Val de Loire, comme dans la Vallée du Rhône. Pour l’épargnant, investir dans un groupement foncier viticole constitue un placement « Made in France » de prédilection.

Les surfaces dédiées à la production de vin en France sont, en effet, limitées. Ce qui garantit la rareté des biens, tandis que les bouteilles remises peuvent se valoriser avec le temps. Il n’est pas à rappeler que le vin fait partie intégrante de la culture française. Grâce aux GFV, les épargnants Français disposent désormais d’un produit de placement plaisir et non délocalisable. Sur le plan économique, il faut savoir que le vin est le 2ème secteur d’exportation en France. 

Source : vinetsociete.fe

Les appellations françaises incontournables

En France, le vin est une véritable institution. Il s’agit d’un produit qui fait la fierté du pays, notamment lorsque 14 appellations françaises se retrouvent dans le Top 20 des vins les plus chers au Monde. Selon l’INAO (Institut National de l’Origine et de la Qualité), l’établissement chargé des appellations, labels et indications, le marché viticole français compte 459 appellations et indications viticoles françaises en 2010, à savoir :

  • AOP : Appellation d’origine protégée est la dénomination, en langue française, d’un signe d’identification de l’Union européenne visant à préserver les appellations d’origine de produits agricoles ; 
  • AOVDQS : Appellation d’origine vin délimité de qualité supérieure, la catégorie de vins d’appellation d’origine vin délimité de qualité supérieure est une ancienne catégorie de vins français ayant existé jusqu’au 31 décembre 2011 ;
  • IGP : Indication géographique protégée (IGP) identifie un produit agricole, brut ou transformé, dont la qualité, la réputation ou d’autres caractéristiques sont liées à son origine géographique.

293 appellations sont classées AOC, un label d’identification d’un produit dont les étapes de fabrication sont réalisées dans une même zone géographique, et selon un savoir-faire connu. Cette appellation regroupe 1 250 dénominations, et pas moins de 2 889 produits différents. 

DANS LE VIGNOBLE BORDELAIS 

Saint-Emilion : sans doute la plus connue et l’une des plus prestigieuses. 

Saint-Estèphe : très appréciée des œnophiles aguerris. Graves : une prestigieuse appellation qui en regroupe plusieurs sur plus de 3000 hectares : l’AOC Graves-blanc, l’AOC Graves-supérieures ou l’AOC Graves-de-Vayres. 

DANS LE VIGNOBLE BOURGUIGNON 

Chablis : certainement l’appellation bourguignonne la plus connue pour ses vins blancs. Elle regroupe 4000 hectares de vignes. 

Pouilly-Fuissé : un autre grand blanc bourguignon qui n’est produit que sur 750 hectares et qui utilise exclusivement du Chardonnay. 

DANS LE VIGNOBLE DE LA LOIRE 

Sancerre : à l’Est de Bourges, cette appellation produit les trois couleurs. 

DANS LE VIGNOBLE DE LA VALLÉE DU RHÔNE 

Château-neuf-du-pape : l’appellation au Sud des Côtes-du-Rhône a forgé sa célébrité autour de son vin rouge. Le prix de certaines bouteilles peut s’élever jusqu’à 100€ !

DANS LE VIGNOBLE DU LANGUEDOC-ROUSSILLON 

Banyuls : environ 70 hectares produisent le Banyuls grand cru, qui préfère démarrer sa vie trois ans en fût avant d’accepter de s’épanouir pendant vingt ans et plus en bouteille. 

DANS LE VIGNOBLE PROVENÇAL 

Côtes de Provence : l’AOC qui regroupe 20 000 hectares de vigne est célèbre pour son rosé. Mais son vin rouge et son vin blanc, plus rares, gagnent à être connus. 

DANS LE VIGNOBLE ALSACIEN 

Le Gewürztraminer : c’est l’appellation la plus typée de la région. Cultivé en coteau, le plant donne des vins blancs corsés, bien charpentés, au bouquet inimitable. 

EN CHAMPAGNE 

L’AOC Champagne est la plus connue au monde. Synonyme de fête et de célébration, le champagne est une boisson prestigieuse et protégée par le CIVC (Comité Interprofessionnel des Vins de Champagne). Sur les 319 crus que compte l’aire de production du champagne, seuls 17 ont droit à l’appellation grand cru et 42 à l’appellation premier cru

Pour en apprendre davantage sur les GFV et les vignobles en France, découvrez l’édition 2022 du Guide des GFV

07-02-2022_edition-2022-guide-gfv

Groupements Fonciers Viticoles tout comprendre dans le Guide 2022 est désormais disponible !

Toute l’équipe de Meilleure-GFV.com est heureuse de vous présenter l’édition 2022 de son guide des GFV ou Groupements Fonciers Viticoles. Spécialistes du conseil en investissement financier, nous nous engageons à vous apporter pédagogie, compréhension et transparence sur l’investissement en GFV.

Tout savoir sur les GFV Groupement Foncier Viticole

Le Groupement Foncier Viticole est un produit d’investissement encore relativement rare, et peu connu du grand public. Il est particulièrement destiné aux investisseurs en quête d’un produit de diversification patrimoniale, avec pour objectif une répartition sereine. 

Le GFV, un placement « Made in France »

Investir dans un groupement foncier viticole, c’est devenir propriétaire d’une partie d’un vignoble en France. Le GFV permet d’investir dans le terroir français, un produit valorisant les vignes et le vin, qui font partie intégrante du patrimoine français. 

Détenir des parts de GFV, c’est réaliser un investissement plaisir « Made in France », tout en constituant une alternative à l’immobilier classique et aux placements financiers. Par ailleurs, ce type d’investissement doit être envisagé comme un placement à long terme, notamment pour aspirer à une revalorisation du montant des parts. 

Quel intérêt pour l’épargnant d’investir dans un GFV ? 

L’investissement en GFV a du sens, dans la mesure où l’achat de vigne en direct représente une opération très coûteuse. Pour un hectare, un particulier doit prévoir un investissement moyen de 90 000 €, jusqu’à plusieurs millions d’euros pour de grands crus. Par ailleurs, investir en direct requiert des compétences, voire des expertises liées à l’exploitation du vignoble.

Grâce au GFV, un particulier évite toutes les contraintes de culture, récolte et élevage associées à la vigne. De plus, l’épargnant profite des avantages fiscaux et patrimoniaux qu’offrent les GFV. Ces derniers constituent, en effet, un excellent outil pour anticiper une transmission, via une importante réduction d’assiette sur le calcul des droits de donation et de succession. 

Source : vinetsociete.fr

Le GFV : un placement au coeur du territoire

Le vin a toujours fait partie intégrante de la culture français. Pour les amateurs de vin, le groupement foncier viticole permet d’allier plaisir et placement au cœur du territoire.

Le marché du vin en France 

En France, le vin est une réelle institution, représentant une fierté nationale. Les GFV font sens en détenant des vignobles de renom, non délocalisables dont les bouteilles sont majoritairement exportées. Le vin français est un produit apprécié en toute circonstance, quelle que soit la situation économique. De plus, dans le top 20 des vins les plus chers au monde, 14 sont français.

Par ailleurs, il convient de rappeler que les bouteilles de vin se valorisent avec le temps. En plus d’être un produit qui se déguste en toute occasion, le vin produit en France est limité, ce qui en fait un produit rare, donc qui fait l’objet d’engouement des amateurs de vin, en France comme à l’étranger. 

GFV et remise de bouteilles

L’investisseur en GFV perçoit chaque année des revenus issus du fermage, en proportion des parts détenues. Il est généralement versé en nature, sous forme de remise de bouteilles de vin. Toutefois, les revenus peuvent également être pécuniaires, voire composés à la fois de vin et d’argent. 

Source : Meilleur-gfv.com

À noter que les GFV sont un investissement « Made in France » à risque et non garanti en capital. Une durée de détention long terme est ainsi préconisée, pour bénéficier d’un maximum d’avantages fiscaux de ce placement.

L’édition 2022 du  Guide des GFV est disponible !

groupements-fonciers-viticoles

Pourquoi investir dans des parts de groupements fonciers viticoles (GFV) ?

Pourquoi investir dans des parts de groupements fonciers viticoles ?

Acheter des parts de Groupements Fonciers Viticoles offrent de multiples avantages. C’est, en effet, la possibilité d’accéder, avec un budget de quelques milliers d’euros, à un placement plaisir offrant de surcroît une performance stable, généralement comprise entre 2 à 3% (non garantie). De plus, les détenteurs de parts de Groupements Fonciers Viticoles (GFV) bénéficient d’une fiscalité attractive, notamment en matière d’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) et de transmission. Zoom sur un placement en voie de démocratisation.

GFV : un placement plaisir

Détenir des parts de GFV c’est posséder indirectement des vignes dans un ou plusieurs domaines. Contrairement aux vignes en direct , ces fonds sont accessibles avec des tickets d’entrée modestes : de 3000 à 10 000 euros en fonction du domaine viticole. De plus, vous êtes déchargé des soucis de gestion. Vous êtes rémunéré en fonction de votre quote-part : vous avez le choix entre un fermage réel en bouteille ou en numéraire. Le rendement, décorrélé des marchés financiers et immobiliers, est stable et oscille entre 0 et 3% en moyenne (non garanti).

Une réduction d’impôt sur le revenu

L’investissement dans des parts de GFV peut donner accès au dispositif IR-PME (ex-Madelin). Créé en 2014, ce régime est destiné à favoriser les investissements des particuliers au capital de Petites et Moyennes Entreprises (PME) en phase de création ou d’expansion.  Pour cela, il ouvre droit à une réduction d’impôt sur le revenu correspondant à 25 % des sommes investies chaque année. Pour rappel, le taux majoré de 25 % (au lieu de 18 %) a été prorogé jusqu’au 31 décembre 2021. Les versements sont retenus dans la limite de 50 000 euros pour un célibataire et de 100 000 euros pour un couple marié ou pacsé. Ce qui peut représenter une économie d’impôt maximale de 25 000 euros. En contrepartie, il faut conserver vos parts jusqu’au 31 décembre de la 5ème année suivant l’investissement.

Une transmission facilitée

Les parts de GFV bénéficient d’une exonération des droits de donation et de succession à hauteur de 75% de la valeur des parts jusqu’à 300 000 euros, et de 50 % au-delà, sans limite. Cependant, pour bénéficier de cette exonération partielle, il faut respecter les conditions suivantes :

  • absence d’exploitation en direct ;
  • les biens composant le patrimoine du GFV doivent être donnés à bail à long terme d’au moins 18 ans ;
  • les parts doivent être détenues deux ans au moins par le donateur ou le défunt ;
  • Les parts reçues par donation ou succession doivent rester votre propriété pendant au moins cinq ans à compter de la transmission à titre gratuit.

Une exonération partielle d’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI)

L’administration fiscale exonère partiellement d’IFI le patrimoine détenu par un GFV. Ainsi, les parts de GFV sont exonérées pour 75 % de leur valeur jusqu’à 101 897 euros et pour 50 % au-delà. Cet avantage est conditionné à la signature de baux long terme, à l’absence d’exploitation en direct et à la détention des parts depuis, au moins, deux années.

A noter : l’exonération n’est acquise que si l’héritier (ou le donataire) s’engage à conserver les parts reçues durant au moins 5 ans.

Plus-values : les cessions inférieures à 15 euros sont exonérées

Les plus-values sont taxées selon le régime des plus-values immobilières. Il faut donc patienter 30 ans pour que la cession soit exonéré d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux.

A noter : si le montant de la cession est inférieur à 15 000 euros, la vente des parts est exonérée d’impôt sur les plus-values.

vignes-investir

Vignes : investir en direct ou via des parts de GFV Groupement Foncier Viticole ?

Les vignes offrent deux atouts : une performance stable (non garanti de l’ordre de 0 à 2%) car elles sont décolérées des marchés financiers et apporte une fiscalité attractive. Il y a deux manières d’investir dans des vignes ou un vignoble. Soit en direct, cela suppose un minimum de budget de compétences. Soit en acquérant des parts de Groupements Fonciers Viticoles (GFV). Vous pouvez y accéder avec un ticket d’entrée modeste, de quelques milliers d’euros et vous êtes déchargé des soucis de gestion. Décryptage d’un placement ayant du sens.

Investir en direct est coûteux et complexe

Acquérir quelques rangs de ceps dans une région viticole peu cotée est généralement encore accessible. Toutefois, pour un territoire plus prestigieux, il faut compter plusieurs centaines de milliers d’euros, voire plusieurs millions. Suivant les dernières données disponibles sur le site le-prix-des-terres.fr. Un hectare non AOP (Appellation d’Origine Protégée) revient à 14 400 euros en moyenne, l’hectare AOP à 148 100 euros. Quant à l’hectare de champagne, il se négocie, suivant la même source, autour de 1 108 000euros. Une fois les vignes achetées, il vous reste à les louer à un exploitant.

Vous pouvez aller encore plus loin en investissant dans un domaine viticole. Une reconversion appréciée des chefs d’entreprise ayant cédé leur société et souhaitant se lancer dans une nouvelle activité. Comptez entre 500 000 euros et plusieurs dizaines de millions d’euros dans des appellations célèbres de Bordeaux et de Bourgogne.

Acheter de la « vigne papier » grâce au GFV

En achetant des parts de GFV vous possédez, de façon indirecte, des vignes, dans un ou plusieurs domaines (selon la taille du GFV). Contrairement aux vignes en direct, les GFV sont accessibles avec des tickets d’entrée modestes : de 3 000 à 10 000 euros en fonction du domaine viticole. De plus, vous êtes déchargé des soucis de gestion. Les groupements fonciers viticoles jouent la carte de la convivialité puisque le vigneron peut régler son fermage en bouteilles. Il est aussi possible de choisir un règlement en numéraire ou un mélange des deux (numéraire et bouteilles).

La vigne :  une fiscalité attractive

Les revenus versés par les GFV entrent dans la catégorie des revenus fonciers. S’ils sont inférieurs à 15 000 euros dans l’année ils sont automatiquement soumis au régime micro foncier avec, à la clé, un abattement forfaitaire de 30%. L’imposition au régime réel est aussi possible. Il permet de déduire certaines charges, par exemple, les intérêts de l’emprunt ayant servi à financer les parts.

L’investissement dans des parts de GFV peut donner accès au dispositif Madelin qui permet de profiter d’une réduction d’impôt sur le revenu correspondant à 25% (le taux majoré a été prorogé jusqu’au 31 décembre 2021) des sommes investies chaque année. Les versements sont retenus dans la limite de 50 000 euros pour un célibataire et de 100 000 euros pour un couple marié ou pacsé. Cela représente une économie d’impôt maximale de 25 000 euros.

Les parts de GFV bénéficient d’une exonération d’IFI à hauteur de 75% dans la limite de 101 897 euros et de 50% au-delà. Si vous recevez des parts de GFV par donation ou succession, vous bénéficiez d’une exonération de 75% de la valeur des parts jusqu’à 300 000 euros, et de 50% au-delà, sans limite. Cette exonération s’entend par propriétaire et héritier ou donateur et donataire. Cependant, l’exonération n’est acquise que si l’héritier (ou le donataire) s’engage à conserver les parts reçues durant au moins 5 ans. Les plus-values sont taxées selon le régime des plus-values immobilières et sont exonérées au bout de trente ans de détention.

A noter : si le montant de la cession est inférieur à 15 000 euros, l’éventuelle plus-value n’est pas fiscalisée.

Une première SCPI viticole

Déjà à la tête de nombreux GFV, la Française REM a lancé, début 2020, LF Les Grands Palais, la première SCPI viticole. Accessible à partir de 10 000 euros, elle avait collecté, au 31 décembre dernier, 1,49 million d’euros. Ses premières acquisitions se sont portées sur les appellations bordelaises de Saint-Estèphe et Pomerol.

A noter : les associés de LF Les Grands Palais peuvent adhérer à un club œnologique et bénéficier de tarifs préférentiels. Toutefois, ils n’ont pas accès à la fiscalité avantageuse des GFV.

laurence-farin

Comment gère-t-on l’acquisition d’un groupement foncier viticole ?

Meilleur-GFV.com a échangé avec Laurence Farin, Directrice Commerciale au sein de la société de gestion de portefeuille France Valley. Un échange pour faire le point sur la gestion de la creation de Groupement Foncier Viticole.

La création de Groupement Fonciers Vitivoles chez France Valley

Retrouvez ci-dessous la retranscription de l’interview de Laurence Farin

Comment nous gérons les créations de groupements fonciers viticoles chez France Valley ?

Quand nous créons un groupement, donc nous créons une société dont le but va être d’acheter une parcelle, et en l’occurrence en champagne.

Alors, pourquoi nous nous sommes spécialisés en champagne en particulier ?

En réalité pou deux raisons.

Parce qu’en champagne, nous allons avoir des spécificités fiscales. Il est bien connu que lorsque nous souscrivons à des parts de groupements fonciers viticoles, souvent, c’est pour un avantage fiscal qui concerne la transmission. Mais en champagne, nous allons avoir certaines spécificités, comme des avantages fiscaux, comme des réductions d’impôts, et notamment d’exonération IFI. C’est la première raison.

Et la deuxième raison, c’est tout simplement liée à la classe d’actifs, parce qu’en champagne, il y a une particularité liée à la région. C’est que nous allons avoir une sorte de monopole au final, pour alimenter le monde entier avec le vin le plus connu dans le monde.

Ce qui signifie que nous avons une situation totalement dérogatoire. Donc, nous savons très bien que cela soit en période d’euphorie sur les marchés ou en temps de crise, il vaut toujours mieux aller chercher des actifs prime, et c’est justement de que nous faisons.

laurence-farin

GFI ou GFV ? Réponses de Laurence Farin

Meilleur-GFV.com a échangé avec Laurence Farin, Directrice Commerciale au sein de la société de gestion de portefeuille France Valley. Un échange pour faire le point entre GFI (Groupement Forestier d’Investissement) et GFV (Groupement Foncier Viticole).

GFVI ou GFV : deux placements qui ont du sens

Retrouvez ci-dessous la retranscription de l’interview de Laurence Farin

C’est un peu comme si vous me demandiez, vanille ou chocolat ? Tout est une question de goût et d’appétence.

Ce qui est constant, c’est que ce sont deux actifs tangibles. Nous sommes dans les deux cas sur du foncier, mais avec deux sous-jacents différents, deux filières différentes.

À chaque fois, il y a des côtés sociétaux des deux côtés, puisque d’un côté nous allons touché à l’environnement. Nous allons avoir un produit qui va permettre de toucher à une classe d’actifs qui va absorber du carbone, qui permet d’émettre des polluants moins polluants que d’autres, donc incontestablement le côté environnemental.

De l’autre côté, nous allons toucher à la filière champagne. Nous allons permettre de maintenir les viticulteurs tout au long de la filière, de conserver leur outil de travail. Il y a des avantages fiscaux qui sont incontestables, une diversification intéressante dans un patrimoine complet.

Donc, les deux ont du sens.

Après, s’il y avait une petite différente que nous pouvions remarquer, c’est qu’en matière de champagne, nous pouvons avoir la conversion du revenue en nature, sous forme de bouteille de champagne. Après, c’est à vous de voir.

laurence-farin

Quelles sont les contreparties pour un investisseur dans un groupement foncier viticole ?

Meilleur-GFV.com a échangé avec Laurence Farin, Directrice Commerciale au sein de la société de gestion de portefeuille France Valley. Un échange pour revenir sur les avantages fiscaux accessibles via les groupements fonciers viticoles ou GFV et leurs contreparties pour l’investisseur.

GFV : 3 avantages fiscaux et leurs contreparties

Retrouvez ci-dessous la retranscription de l’interview de Laurence Farin

Quels sont les avantages fiscaux à investir dans un groupement foncier viticole ? Et quelles en sont les contreparties pour l’investisseur ?

Alors, les avantages fiscaux sont au nombre de trois dans les GFV que nous montants chez France Valley investis en champagne.

Le premier avantage, c’est une réduction sur l’impôt sur le revenu. C’est tout simplement la réduction IR-PME, qui était de 25 % en fin d’année dernière si vous vous souvenez bien, en fin 2020. Là, nous sommes repassés à 18 %. Normalement, dès que nous aurons le décret d’application, nous repasserons à 25 %. Le tout évidemment, avec certaines contraintes, nous devons respecter le plafond des niches fiscales, et en contrepartie d’un délai de détention de 7 ans.

Le deuxième, c’est une exonération IFI, tant que nous ne détenons pas plus de 10 % du capital du groupement foncier viticole.

Et le troisième avantage fiscal, c’est un abattement en matière de transmission. Nous avons 75 % d’abattement jusqu’à 300 000 euros, et 50 % au-delà. Et là, la contrepartie sera un délai de détention de deux ans pour le souscripteur, et de cinq ans pour le donataire ou héritier.  

laurence-farin

Qui exploite les parcelles des groupements fonciers viticoles ou GFV ?

Meilleur-GFV.com a échangé avec Laurence Farin, Directrice Commerciale au sein de la société de gestion de portefeuille France Valley. Un échange pour mieux comprendre l’exploitation des groupements fonciers viticoles ou GFV.

Exploitation des groupements fonciers viticoles ou GFV

Retrouvez ci-dessous la retranscription de l’interview de Laurence Farin

Ce sont tout simplement les viticulteurs qui étaient sur place bien avant nous, parce que quand nous achetons des parcelles, bien évidemment, elles étaient exploitées auparavant.

Et la plupart du temps, lorsque nous achetons une parcelle, elle est exploitée depuis des générations, par des familles de viticulteurs, qui ont fait un travail sur le long terme.

Souvent, elles ont fait un travail extrêmement qualitatif qui leur a permis d’aller chercher certains labels.

Et nous, le but, c’est justement de pérenniser ces exploitations et de favoriser le maintien de ces viticulteurs sur place.

Il faut bien comprendre que ce type de schéma, ce type de montage, c’est vraiment un schéma gagnant-gagnant pour tout le monde.

Certes, nous allons permettre à des particuliers d’accéder à une classe d’actifs qui est rarissime, et normalement intouchable pour des particuliers. Mais de l’autre côté, nous allons aussi permettre à des viticulteurs de conserver leur outil de travail.

Et donc, il faut vraiment comprendre que nous travaillons vraiment pour l’emploi local. Et le but, c’est de pérenniser ces activités.

laurence-farin

Comment on crée un GFV au sein de France Valley ?

Meilleur-GFV.com a échangé avec Laurence Farin, Directrice Commerciale au sein de la société de gestion de portefeuille France Valley. Un échange sur la création d’un GFV au sein de la société de gestion.

Lorsque nous créons un Groupement Foncier Viticole, nous allons créer une société qui va avoir pour but d’acheter une parcelle. Et en l’occurrence, nous nous sommes spécialisés sur champagne pour deux raisons :

La première est fiscale parce que quand nous allons souscrire des parts en GFV, souvent nous pensons à l’avantage fiscal en matière de transmission. Mais pas seulement parce que la particularité de la région champenoise, c’est que nous allons pouvoir aller chercher d’autres avantages fiscaux comme des réductions sur l’impôt sur le revenu ou une exonération IFI.

La deuxième raison est plus liée à la particularité historique de la champagne parce qu’en fait en champagne, nous allons avoir une sorte de monopole pour alimenter le monde entier avec ce qui est le vin le plus connu dans le monde. Cela crée une situation totalement dérogatoire et nous savons très bien que ce soit en mode d’euphorie sur le marché ou en période de crise, il vaut toujours mieux se porter sur les actifs primes et c’est justement ce que nous faisons.